Hommes et cancer- Men and Cancer

Préservation de fertilité et maîtrise des symptômes hormonaux.

Avez-vous déjà entendu cette phrase, avez-vous un cancer ? Etes-vous âgés entre 18 et 44 ans ?

Participez à cette recherche de pointe en remplissant cette fiche d’informations

Pourquoi est-ce important de penser à votre fertilité lorsque vous avez un cancer ?

La fertilité masculine, qui est la capacité de faire tomber sa conjointe enceinte, peut être altérée par certains traitements anti-cancéreux. Certains cancers, tels que le cancer testiculaire et le lymphome de Hodgkin, peuvent altérer les paramètres spermatiques avant même le début du traitement.  

Beaucoup d’hommes atteints de cancer désirent avoir un enfant ultérieurement.  Certains d’entre eux peuvent ne pas être informés des possibilités de préservation de leur fertilité qui doit se faire idéalement avant le début du traitement anti-cancéreux. Interrogez votre médecin traitant au sujet des options de préservation de fertilité dès que le diagnostic de cancer posé. En effet, parfois le traitement anti-cancéreux envisagé n’est pas très délétère pour votre fertilité future.

Comment est-ce que les traitements anti-cancéreux affectent-ils la fertilité ultérieure ?

La chimiothérapie, la radiothérapie et certaines chirurgies peuvent être à l’origine d’une infertilité. Cette infertilité peut survenir directement ou quelques mois plus tard et elle peut durer des mois, des années voir être définitive.

Certaines chimiothérapies peuvent réduire ou arrêter la production des spermatozoïdes ce qui affecterait la possibilité de concevoir.  De même, l’hormonothérapie utilisée pour le traitement des cancers prostatiques est souvent associé à un défaut de production des spermatozoïdes.

La radiothérapie peut réduire la production des spermatozoïdes lorsque l’irradiation concerne le corps entier ou lorsque le champ d’irradiation touche les testicules ou certains sites tels que le pelvis, l’hypophyse et le cerveau. En effet, la production des spermatozoïdes et de la testostérone, la principale hormone mâle, par les testicules est sous la commande du cerveau et de l’hypophyse.

L’ablation des deux testicules (l’orchidectomie bilatérale) est une chirurgie qui arrête la production des spermatozoïdes définitivement. L’ablation d’un seul testicule peut réduire le nombre de spermatozoïdes.  Malgré cela, un homme atteint d’un cancer de testicule pourrait garder sa fertilité sauf si le testicule sain ne produit plus de spermatozoïdes

Certaines chirurgies peuvent être à l’origine de troubles de l’éjaculation par des lésions nerveuses telles que : la chirurgie de la prostate, de la vessie, de la moelle épinière, du gros intestin ou du rectum. Parfois ce type de chirurgie donne une éjaculation rétrograde (le sperme se retrouve au niveau de la vessie) qui se manifeste par un volume réduit de sperme ou à une absence de sortie de sperme par le pénis.

Quels sont les risques d’infertilité ?

Tous les hommes cancéreux ne seront pas forcément infertiles. En effet, l’impact des traitements anti-cancéreux sur la fertilité dépend de plusieurs facteurs.

Parmi ces facteurs, on cite :

  • le type et les doses de chimiothérapie,
  •  la dose et le champ d’irradiation de la radiothérapie
  • le site et le type de chirurgie
  • votre âge (le risque d’infertilité augmente avec l’âge)
  • le statut de votre fertilité avant le traitement.

Certaines chimiothérapies sont plus à risque d’infertilité. Lorsqu’une chimiothérapie est envisagée chez vous, il faut donc parler à votre le médecin (l’oncologiste) du traitement qui serait le moins délétère pour votre fertilité.

Quelles sont les possibilités de préservation de la fertilité ?

Votre médecin traitant peut vous adresser à un spécialiste de la fertilité, il peut s’agir d’un urologue ou d’un endocrinologue.

Les moyens de préservation de la fertilité chez les hommes sont :

  • La congélation de sperme : la cryoconservation des spermatozoïdes est la technique la plus réussie de préservation de fertilité avant tout traitement gonadotoxique.  Le recueil de sperme se fait généralement par masturbation. Lorsque le patient a des troubles de l’éjaculation, l’utilisation d’un vibromasseur ou d’une électrostimulation peut les aider à faire leur prélèvement. Le sperme congelé peut être conservé pendant plusieurs années (sans être altéré), jusqu’à leur éventuelle utilisation.  
  • L’extraction de spermatozoïdes testiculaires : Même si on ne trouve pas de spermatozoïdes dans le sperme éjaculé, des spermatozoïdes peuvent être retrouvés au niveau des testicules. La biopsie testiculaire se fait soit sous anesthésie locale ou anesthésie générale, le chirurgien prélève des petits fragments du parenchyme testiculaire qui vont être analysés. Si la biopsie est positive, les spermatozoïdes retrouvés vont être congelés. Cette technique peut être réalisée avant ou après le traitement gonadotoxique.
  •  Protection des testicules lors de la radiothérapie.

Quels sont les chances de succès et les coûts de la préservation de fertilité ?

Beaucoup de patients cancéreux auront un projet parental dans le futur. Le succès de ce projet varie en fonction du traitement. Les chances de survenue de grossesses avec le sperme congelé sont améliorées avec l’augmentation du nombre et de la qualité des spermatozoïdes. Les nouvelles techniques d’aide médicale à la procréation permettent la survenue de grossesse même avec un spermatozoïde unique.

La préservation de la fertilité peut être très couteuse. Mis à part les coûts des procédures, un payement annuel pour la conservation du sperme congelé peut être nécessaire. La prise en charge des traitements de la fertilité peuvent ne pas être pris en charge par les compagnies d’assurance. Certains organismes peuvent fournir une aide financière (voir Ressources ci-dessous).

Combien de temps faut-il attendre après le traitement anti- cancéreux avant d’envisager une grossesse?

Si vous avez eu une chimiothérapie ou une radiothérapie, votre médecin peut vous suggérer d’attendre 1 ou 2 ans ou encore plus après l’arrêt du traitement avant d’envisager un projet parental. La production de spermatozoïdes normaux peut également nécessiter une durée pareille.  En attendant, l’utilisation des préservatifs ou n’importe quel autre moyen contraceptif est recommandée même si vous pensez que vous êtes infertiles.

Si une infertilité s’installe, quelles sont les options thérapeutiques ?

Si l’infertilité est définitive après le traitement anti-cancéreux, d’autres options permettant de fonder une famille, peuvent être envisagées telles que le recours au don de sperme ou à l’adoption.  Certaines agences d’adoption imposent des restrictions pour les survivants des cancers, en revanche d’autres sont moins stricts.

Le fait de ne pas pouvoir être parent peut être à l’origine d’une indignation et d’un sentiment de défaite. Vous pouvez vous faire aider en parlant à un psychologue ou en rejoignant un groupe de soutien d’infertilité (voir Ressources ci-dessous).

Quels sont les effets des traitements anti-cancéreux sur les hormones mâles ? 
Les traitements anti-cancéreux peuvent réduire ou arrêter la production de la testostérone. Un taux plus bas de testostéronémie est appelé hypogonadisme ou déficit androgénique.

L’ablation des testicules, la radiothérapie ou la chimiothérapie peuvent engendrer une baisse de la testostéronémie.De même que l’hormonothérapie, qui est une thérapie de privation androgénique, pour le cancer de la prostate

Parmi les symptômes de baisse du taux de la testérone

  • Baisse de la libido (désir sexuel)
  •  Troubles de l’érection
  • Baisse de la concentration des spermatozoïdes
  • Baisse de l’énergie
  • Hypertrophie et sensibilité mammaire
  • Bouffées de chaleur

Quel est l’effet à long terme de la baisse de la testostéronémie ?

A long terme, la baisse de la testostéronémie peut être à l’origine de certains problèmes de santé. Parmi lesquels :  

  • Perte de la masse musculaire et diminution de la force musculaire
  • Ostéoporose et amincissement des os les rendant plus susceptibles aux fractures
  • Troubles d’humeur et dépression
  • augmentation de la masse grasse.

Comment traiter les symptômes de la baisse de la testostéronémie ?

Le traitement hormonal substitutif à base de testostérone peut améliorer la libido, les troubles érectiles, les troubles d’humeur, l’énergie, la densité osseuse et la taille du muscle. La testostérone ne doit pas être prise si les patients présentent un cancer de prostate ou un cancer du sein. Par ailleurs, ce traitement ne doit pas être pris si votre partenaire et vous envisagez une grossesse puisqu’il réduit la production des spermatozoïdes.   

Une autre hormono- thérapie peut être envisagée à base d’hormone gonadotrophique chorionique (l’hCG). Cette option thérapeutique peut être proposée pour les patients qui envisagent un projet parental et chez qui un problème hypophysaire ou cérébral a engendré une réduction du nombre de spermatozoïdes et une baisse de la testostéronémie. Ce problème peut survenir lors des radiothérapies ou lors des cancers hypophysaires ou encore cérébraux. 

Pour les patients, chez qui le traitement substitutif à base de testostérone est contre-indiqué, d’autres traitements sont disponibles pour l’ostéoporose et la dépression. Votre médecin peut vous prescrire un traitement adéquat.

Que faire avec cette information ?

Votre médecin traitant peut ne pas aborder le sujet de la préservation de la fertilité ou l’effet du traitement anti-cancéreux sur la baisse de la testostéronémie.

Si vous avez des préoccupations, vous pouvez soulever la question.  

Voici quelques questions que vous pouvez poser à votre médecin :

- Quel est le délai nécessaire pour démarrer le traitement anti-cancéreux ?

- Est-ce que mon cancer affectera ma fertilité ultérieure ?

- Quels sont les possibilités de préservation de fertilité envisageables ?

- Est-ce que ces traitements peuvent réduire l’efficacité de mon traitement anti-cancéreux ou augmenter le risque de récidive ? Quels sont les taux de succès pour chaque option ?

- Ces procédures sont-elles prises en charge par ma sécurité sociale ?

- Mon enfant est-il à risque d’une puberté précoce ou d’un retard pubertaire ?

- Pourrais-je congeler mon sperme même si j’ai déjà démarré mon traitement anti-cancéreux ?

- Est-ce que mon traitement anti-cancéreux pourrait être à l’origine d’une baisse de la testostéronémie ? Auquel cas, que dois-je faire pour cela ?