Gestion des symptômes hormonaux - Management of Hormonal Symptoms 

COMMENT LES traitements anticancéreux ALTERENT les hormones féminines ?

 Le traitement anticancéreux peut altérer vos hormones de différentes manières.  Quelques traitements anti cancéreux, comme la chimiothérapie ou la radiothérapie pelvienne, peuvent endommager vos ovaires et arrêter la sécrétion d’œstrogènes et de progestérones.  L’irradiation de l’hypophyse peut aussi affecter la sécrétion de vos hormones.  L’hypophyse, est une glande située à la base du cerveau, et qui donnent des signaux aux ovaires pour produire des hormones et développer des ovules.

  Puisque l’œstrogène et la progestérone régulent votre menstruation, vos règles pourraient devenir irrégulières ou s’arrêter pour un moment (ménopause temporaire) pendant ou après le traitement anti cancéreux.

 Vos règles peuvent continuer ou revenir après le traitement mais vous devriez savoir que le fait d’avoir des cycles réguliers ne signifie pas toujours que vous êtes fertile. Dans quelques cas, les règles ne reviennent jamais.  Il reste une petite chance de grossesse même si vous n’avez plus de règles.

 Le traitement anticancéreux augmente le risque que vous ayez une ménopause permanente précocement (habituellement la ménopause survient aux alentours de 50 ans). Si vos règles s’arrêtent avant 40 ans, ceci est appelé ménopause précoce.

 La chirurgie qui est enlève les deux ovaires, est à l’origine d’une chute brutale des taux d’œstrogène, et vous serez en ménopause immédiatement. Ceci est appelé la ménopause chirurgicale.

 Quelques médicaments utilisés dans le traitement du cancer du sein ou de l’ovaire, comme les inhibiteurs de l’aromatase et les modulateurs sélectifs des récepteurs à l’œstrogène comme le tamoxifène, affectent la sécrétion des hormones.  Ils peuvent donner les symptômes de la ménopause.

Quels sont les symptômes de la ménopause

La ménopause transitoire ou la ménopause permanente peut être à l’origine de certains symptômes ; parmi eux :

  • Des bouffées de chaleur ou des sueurs nocturnes
  • Une sécheresse vaginale ou des démangeaisons
  • Une douleur pendant les rapports sexuels
  •  Un besoin urgent et fréquent d’uriner
  •  Des troubles du sommeil
  • Une irritabilité, des sauts d’humeur, une anxiété ou une dépression

  L’installation rapide de la ménopause en rapport avec un traitement médical ou chirurgical, pourrait donner des symptômes plus accentués que ceux de la ménopause naturelle.  Ces symptômes peuvent avoir un impact important sur la qualité de vie de la femme.  Certains symptômes disparaissent avec le temps sans aucun traitement alors que d’autres nécessitent un traitement prescrit par votre médecin. La ménopause précoce augmente aussi le risque de problèmes de santé à long terme.

quels sont les risques à long terme de la ménopause précoce

Les femmes qui présentent une ménopause précoce et qui ne prennent pas d’hormones, auraient plusieurs années de vie avec des taux faibles d’œstrogènes par rapport à celles qui présentent une ménopause à un âge normal. Donc il y a un risque important de maladies en rapport avec ce déficit en œstrogènes, incluant des maladies cardiaques et l’ostéoporose.  L’ostéoporose est une maladie qui rend les os fragiles et plus exposés aux fractures.

Est-ce que le traitement hormonal de la ménopause est sans danger pour les patientes atteintes de cancer ?

Le traitement hormonal (TH) est le traitement le plus efficace pour les symptômes de la ménopause. Pour les patientes avec un utérus, le TH associe deux hormones, l’œstrogène et la progestérone. La progestérone protège l’utérus contre le cancer de l’endomètre. Les femmes qui ont déjà eu une hystérectomie (ablation chirurgicale de l’utérus) prennent juste de l’œstrogène.

 Outre son effet sur la diminution des bouffées de chaleur et les autres symptômes de la ménopause, le TH aide à prévenir l’ostéoporose.  Le TH n’affectera pas votre fertilité dans l’avenir si votre infertilité est temporaire. Il est vrai que chez les femmes âgées et post ménopausiques, le TH pourrait augmenter le risque du cancer du sein, des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux. Cependant, les femmes jeunes, ces risques-là sont probablement moins fréquents et les bénéfices du TH dépassent généralement les risques.

Quelques femmes ne devraient pas prendre d’hormones. Les patientes avec un cancer du sein ou ayant un risque élevé de cancer du sein, celles présentant des maladies cardiaques ou un antécédent d’accident vasculaire cérébral ou de thrombose vasculaire. Toutes ces patientes ne devraient pas prendre de TH.

Le TH se présente sous forme de pilules, anneau vaginal, patch cutané, gel, lotion ou spray. Les faibles doses d’œstrogène présent dans les anneaux vaginaux, crèmes, ou comprimés intra vaginaux, peuvent diminuer les symptômes vaginaux de la ménopause.

pour combien de temps vous pouvez prendre le traitement hormonal ?

Le TH pourrait être maintenu jusqu’au milieu de la quarantaine ou jusqu’au début de la cinquantaine. Si vous êtes déjà dans cette tranche d’âge et que vous débutez le TH pour des bouffées de chaleur, votre médecin pourrait vous suggérer de prendre la dose la plus faible possible pendant une durée limitée juste pour améliorer vos symptômes. Demandez à votre médecin pour combien de temps vous devriez prendre le TH.  En cas de besoin, quelques patientes jeunes pourraient prendre le TH pendant plusieurs années.

quelles sont les options hormis le traitemet hormonal ?

Puisque certaines patientes ne pourraient pas ou ne devraient pas prendre d’hormones, la recherche est en train de se pencher sur d’autres alternatives sans œstrogène, pour juger de leurs efficacités à diminuer les bouffées de chaleur. Les prescriptions médicales qui diminuent les bouffées de chaleur sont :

  • Les antidépresseurs appelés ISRS (Inhibiteurs Sélectifs de la Recapture de la Sérotonine) et IRSNa (Inhibiteurs de la Recapture de la Sérotonine et de la Noradrénaline)
  • La Gabapentine, c’est un médicament utilisés pour traiter l’épilepsie et les douleurs neurologiques
  • La Clonidine, c’est un médicament utilisés pout traiter l’hypertension artérielle

Les traitements de la ménopause qui nécessitent pas une prescription médicale sont :

  • Les techniques de relaxation : la respiration stimulée et l’hypnose semblent aider certaines femmes présentant des bouffées de chaleur
  • Des mesures hygiéniques : si vos bouffées de chaleur sont modérées, vous pourriez vous soulager en baissant la température de votre organisme. Portez des vêtements amples, consommez des boissons fraiches et baissez la température de la pièce. Evitez les aliments épicés et tout autre aliment susceptible de déclencher chez vous des bouffées de chaleur.
  • Les hydratants et les lubrifiants vaginaux :  Ça ne contient pas d’œstrogène mais ça peut diminuer la sécheresse vaginale et la dyspareunie (douleurs pendant les apports sexuels)

Les études scientifiques n’ont pas démontré l’efficacité des remèdes naturels sur les bouffées de chaleur. C’est le cas de produits à base de soja, le cohosh noir et les compléments alimentaires à base d’herbes ; sur les bouffées de chaleur. Cependant, certaines femmes rapportent une amélioration. Le cohosh noir pourrait affecter le foie et le les produits à base de soja contiennent un faible taux d’œstrogènes. L’innocuité de plusieurs produits naturels n’est pas encore démontrée. Parlez avec votre médecin avant d’utiliser ces remèdes.

Quels sont les autres traitements qui diminuent les risques à long terme de la menopause

Pour garder vos os en bon état, vous devriez avoir un apport journalier en calcium de 1,2 à 1,5 gramme par votre alimentation et par les compléments alimentaires en cas de besoin. Les femmes devraient prendre au moins 600 UI (Unité Internationale) de vitamine D par jour, mais certaines femmes auraient besoin de doses plus importantes. Une activité physique journalière peut aussi protéger vos os et votre cœur.

Parmi les médicaments qui préviennent l’atteinte osseuse de la ménopause, on trouve : les biphosphonates, le raloxifène (qui aussi utilisés pour diminuer le risque invasif du cancer du sein) et la calcitonine.

Le taux sanguin de cholestérol peut devenir élevé après la ménopause et nécessitait les statines ou autres médicaments.

Comme les patientes qui ont survécu à un cancer peuvent se retrouver en ménopause plus précocement que les femmes qui n’ont pas eu de cancer, ces recommandations sont importantes pour la santé à long-terme.

par quels mécanismes le traitement anti cancéreux peut-il affecter la vie sexuelle ?

Le traitement anti cancéreux et la ménopause précoce peuvent affecter les aspects physiques et émotionnels de la sexualité. La sécheresse vaginale peut rendre le rapport sexuel douloureux. La fatigue peut aussi affecter votre désir sexuel. La ménopause et quelques médicaments peuvent aussi diminuer votre libido. Quelques effets secondaires du traitement anticancéreux peuvent donner à certaines femme le sentiment de pas être attrayante.

Demandez à votre médecin les traitements qui diminueraient vos symptômes et qu’est ce que vous pouvez faire pour améliorer votre santé sexuelle. Votre médecin peut aussi vous adresser à un spécialiste en sexologie.

qu’est ce que vous devriez faire avec ces informations ?

Parlez à votre médecin si votre traitement anti cancéreux est à l’origine d’effets indésirables ou si vous avez des préoccupations par rapport à votre avenir. Voici quelques questions que vous pouvez poser à votre médecin :

  • Est ce que je serai en ménopause après mon traitement anti cancéreux ?
  • Si je n’ai plus de règles, est ce qu’elles reviendront un jour ?
  • Y a-t-il des moyens pour prévenir la survenue de la ménopause précoce ?
  • Quels sont les risques de la ménopause précoce ?
  • Puis-je prendre un traitement hormonal ? Quels sont ses bénéfices et ses incovénients ?
  • Si je ne peux pas prendre un TH, quelles sont les autres alternatives ?
  • Comment pourrais-je protéger mes os et mon cœur après la ménopause ?
  • Est ce que le traitement anticancéreux ou la ménopause précoce affecteront ma vie sexuelle ? Qu’est ce je peux faire pour prévenir ceci ?
  • Y a-t-il d’autres complications de la ménopause auxquelles je dois faire attention ?